APPEL à Cotisation 2021

L’association VIAPL fonctionne grâce aux cotisations et aux dons de ses adhérents et sympathisants

Les fonds collectés permettent à l’association de réaliser les actions suivantes :

  • Vous informer au travers d’un site internet et d’une newsletter régulière
  • Interpeller chaque fois que nécessaire les institutions pour les alerter sur la problématique de certains projets d’aménagement
  • Garder la trace par l’intermédiaire de notre blog de toutes les actions entreprises, des documents de référence et des résultats obtenus
  • Préparer les enquêtes publiques et éditer flyers, affiches pour informer la population.
  • Organiser des réunions d’information lorsque c’est nécessaire et qu’il n’y a pas de crise sanitaire
  • Enfin et surtout : INTERVENIR EN JUSTICE pour mettre fin aux projets dangereux et inutiles que veulent nous imposer certains promoteurs.

Les adhésions sont enregistrées sur l’année civile et il est temps de renouveler ou de prendre votre adhésion pour 2021.

Plus que jamais, il est nécessaire d’adhérer et de verser des fonds à VIAPL car l’association va ester en justice pour se défendre contre la société ABOWIND qui vient d’attaquer le préfet de la Dordogne suite à l’arrêté de refus qu’il a prononcé pour le projet de la queue d’âne. VIAPL sera vraisemblablement amené à ester en justice pour d’autres dossiers.

Pour ceux qui en ont les moyens, il est également possible de faire des dons à l’association. Dans la mesure où celle-ci est reconnue d’intérêt général, les personnes qui payent des impôts peuvent bénéficier d’une réduction fiscale de 66%. Ainsi un don de 50€ ne vous revient finalement qu’à 17€. Nous vous délivrerons automatiquement un reçu vous donnant droit à cet avantage.

Par souci de simplicité, vous pouvez prendre votre adhésions et/ou réaliser des dons directement en ligne et payer par CB à l’aide des deux boutons ci-dessous. Le plus simple est de le faire tout de suite pour être sûr de ne pas oublier et pour permettre à VIAPL d’agit sans tarder.


VIAPL este en justice aux côtés du préfet

Suite au recours déposé par Abowind en réponse à l’arrêté de refus pris le Préfet de la Dordogne, VIAPL a décidé d’agir également en justice pour soutenir l’Etat dans sa défense .

Pour cela VIAPL va mandater son avocate spécialisée dans les questions de contentieux éoliens.

Nous espérions ne pas devoir en arriver là mais l’obstination des promoteurs sans scrupules est totale. L’appât du gain motive ces grands groupes industriels qui bénéficient de fonds très importants pour payer de nombreux avocats. Notez bien que ces bénéfices sont issues des énormes subventions qu’ils perçoivent et qui proviennent de nos impôts.

Face à eux, ce sont les habitants qui vont se dresser mais également d’une certaine manière, toute la biodiversité locale qui compte sur nous pour rester protégée.

Nous y parviendrons en restant unis et solidaires. Bien évidemment, nous vous tiendrons au courant de l’évolution de ce dossier très sensible.

Communiqué de presse de Forces Périgord

La Dordogne a la chance d’avoir un collectif à l’échelle du département qui fédère une bonne partie des associations de notre belle Dordogne. Ce collectif s’appelle « Forces Périgord » et il vient de publier un communiqué de presse accompagné d’un document qui réalise une belle synthèse de la problématique éolienne sur notre territoire.


Communiqué du 19 janvier 2021

Les enquêtes publiques sur les projets éoliens en Dordogne
se suivent et se ressemblent :
l’éolien est inadapté au Périgord

Le collectif FORCE PÉRIGORD et les autres associations de protection de la nature du Périgord se félicitent de l’avis défavorable rendu par la commission d’enquête qui a conduit l’enquête publique du projet éolien du Petit Bos à Milhac-de-Nontron.

Il s’agit de la 5ème enquête publique sur un projet éolien en Dordogne. Figurent ci-après la liste de ces enquêtes publiques avec les communes concernées, l’année de l’enquête publique, le nombre d’observations du public défavorables au projet et le pourcentage de ces avis défavorables :

  • La-Rochebeaucourt-et-Argentine et Champagne-et-Fontaines, en 2014 ; défavorables : 371 , 95 % ;
  • Parcoul-Chenaud et Saint-Aulaye-Puymangou, en 2016 ; défavorables : 1781, 94 % ;
  • Saint-Saud-Lacoussière et Saint-Jory-de-Chalais, en 2019 ; défavorables : 1812, 97 % ;
  • Verteillac-Cherval, en 2020 ; défavorables : 1295 , 94 % ;
  • Milhac-de-Nontron, en 2020 ; défavorables : 2139 , 99 % ;

Ces enquêtes se suivent et se ressemblent. On constate à chaque fois :

  • une très forte opposition des élus, des acteurs locaux et de la population ;
  • la très riche biodiversité des emplacements choisis par les développeurs.

Toutes ces enquêtes publiques sur l’éolien en Dordogne ont fait l’objet d’un avis défavorable des commissaires enquêteurs à l’exception de celle de Parcoul-Puymangou qui a donné lieu à un avis « favorable sous réserves » avec 5 réserves et 7 recommandations. Tant que les réserves ne sont pas levées, l’avis doit être considéré comme défavorable. Parmi ces réserves figure la surestimation de la production d’électricité par le développeur, qui prévoit un rendement (facteur de charge) de 33,5% alors que la moyenne sur 5 ans du nord de la Nouvelle-Aquitaine, plus venté, n’est que de 19%.

Ces enquêtes confirment ce qui était mis en évidence depuis plusieurs années avec force par de nombreux acteurs de notre département, à commencer par les élus, dont le conseil départemental, des parlementaires et de très nombreux maires. Derrière eux le Périgord s’est levé pour faire barrage à une solution totalement inadaptée à notre territoire avec de nombreux arguments.

Pour plus de détails, vous pouvez télécharger ci-dessous le document « Ensemble pour un Périgord sans éoliennes ».

Avis défavorable pour le projet de Milhac-de-Nontron

En date du 14 janvier 2021, les commissaires enquêteurs en charge de l’enquête publique concernant le projet éolien de Milhac-de-Nontron ont rendu un avis DEFAVORABLE… voire clairement très défavorable.

Le rapport d’enquête précise que l’enquête publique a recueilli 2589 observations permettant d’exposer 5323 arguments. Seulement 24 avis (1,1% des avis exprimés) favorables ont été recensés dont la plupart proviennent de l’extérieur du département et de personnes ou structures proches du promoteur. Ces chiffres reflètent la forte mobilisation de la population et surtout la très forte opposition au projet.

Après l’évocation de quelques points positifs, les commissaires déroulent une très longue liste d’arguments négatifs qui motivent complètement l’avis défavorable qui était attendu.

A noter que le promoteur n’a pas daigné remettre aux commissaires enquêteurs un mémoire de réponse comme le prévoit la procédure. Sans doute n’avait-il pas toutes les réponses aux milliers d’arguments qui s’opposaient à son funeste projet.

Ce bon résultat n’est qu’une étape pour mettre définitivement fin au parc éolien du petit bos. Il est le fruit d’un travail en bonne intelligence entre plusieurs associations locales, des collectivités territoriales et la population. VIAPL a pris sa part et notre associatron est satisfaite de voir qu’une grande partie des arguments qu’elle a adressée dans sa contribution aux commissaires enquêteurs a été reprise dans le rapport final.

Vous pouvez télécharger le rapport de la commission d’enquête ci-dessous :

Les étapes suivantes sont un passage devant la commission « Sites, Nature et Paysage » du département suivi ensuite d’un arrêté rendu par le préfet. Ce dernier a été clairvoyant pour le projet de la queue d’âne distant de 5,5 kms et nous espérons qu’il prendra de la même manière un arrêté de refus pour Milhac-de-Nontron.

Abowind attaque le préfet

C’est la mauvaise nouvelle du jour. Alors que le préfet de la Dordogne avait parfaitement compris l’inutilité du projet de la queue d’âne sur les communes de Saint-Saud-Lacoussière et Saint-Jory-de-Chalais et avait promulgué un arrêté de refus, le constructeur allemand Abowind, à l’origine du projet, n’hésite à contester la décision du préfet en justice. Il a déposé un recours devant la cour d’appel de Bordeaux le 18 décembre dernier.

Ce promoteur bénéficie de nombreuses subventions de la part de l’état qui achète à prix d’or et avec nos impôts l’électricité qu’il produit. Avec les sommes pharamineuses qu’il récupère, il se paye des avocats pour attaquer l’état lui même… Scandaleux, inique, incompréhensible… A quel moment allons-nous réussir à mettre fin au diktat que cherchent à imposer les promoteurs éoliens ?

En ce qui concerne VIAPL, nous restons mobilisés et nous serons aux côtés du préfet pour ester également en justice si nécessaire.

Défendons la forêt de la double contre un défrichement inutile

Nos amis de l’association Asso 3D (Association de Défense du val de Dronne et de la Double) s’activent vaillament depuis quelques années pour empêcher l’implantation d’un parc éolien au coeur de la forêt de la Double.

De manière assez incompréhensible, ce projet n’a pas encore été abandonné alors qu’il est envisagé en milieu sylvicole caractérisé par une abondante biodiversité et que le dossier est émaillé de plusieurs irrégularités sur fond de prise illégale d’intérêt.

Il est encore possible de mettre fin à ce projet en refusant le défrichement de 4,8 hectares destinés à accueillir le parc éolien. Une consultation publique est actuellement en cours pour recueillir l’avis du public concernant ce défrichement et chacun peut y participer jusqu’au 07 février.

La procédure est la suivante :

Vous devez adresser vos observations et propositions par mail à l’adresse suivante: ddt-mad-ferme-eolienne-grands-clos-puymangou-2020@dordogne.gouv.fr 

Pour que ASSO3D puisse suivre l’avancement de cette consultation, l’association demande à être en copie des observations à l’adresse suivante : defense.dronne.double@gmail.com.

Pour tout savoir sur ce dossier, une abondante documentation est disponible sur le site de la préfecture :
https://www.dordogne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-Mise-a-disposition-du-public/Defrichement-parc-eolien-les-Grands-Clos-PARCOUL-CHENAUD-et-SAINT-AULAYE-PUYMANGOU2/Defrichement-parc-eolien-les-Grands-Clos-PARCOUL-CHENAUD-et-SAINT-AULAYE-PUYMANGOU

Si vous n’avez pas le temps de lire tout le dossier, pour vous aider à finaliser votre argumentaire, Asso 3D propose ci-dessous un modèle de lettre que vous pouvez parfaitement adapté à votre guise et il est même fortement conseillé de faire une réponse personnalisé

Vous pouvez également signer une pétition à cette adresse : http://chng.it/gJwScrMc

Soyons tous solidaires pour protéger nos territoires, ne tardez pas à déposer vos observations.

Non aux éoliennes à Saint Mathieu

L’enquête publique du petit bos pour un projet éolien dans le sud du Parc naturel Régional Périgord-Limousin vient à peine de se terminer qu’une nouvelle enquête débute sur la commune de Saint Mathieu en plein coeur de notre parc.

L’entreprise allemande WKN est à la manoeuvre et cherche à implanter 4 nouvelles éoliennes de 180 m de haut. Notez bien que cette entreprise a déjà réussi à implanter 3 éoliennes à Maisonnais-sur-Tardoire qui se situe à quelques Kilomètres de Saint-Mathieu. Ce parc est entré en fonctionnement en 2020 et les riverains n’ont pas tardé à comprendre leur malheur comme en témoigne cet article de presse que nous avions relayé en octobre 2020.

Le Collectif « CONTRE LES ÉOLIENNES DE SAINT-MATHIEU » organise la résistance au niveau local mais c’est bien l’ensemble du Parc Naturel Régional qui doit se mobiliser pour repousser cette nouvelle tentative des promoteurs éoliens. Voici des éléments pour comprendre les enjeux et préparer votre contribution :

Consulter le site du collectif « Contre les éolienes de Saint-Mathieu »

Consulter le dossier de l’enquête publique

Et enfin, pour participer à l’enquête publique, voici le lien du registre dématérialisé … Attention, vous avez jusqu’au 05 février 2020, dernier délai pour contribuer et vous avez le droit de déposer plusieurs observations, même en plusieurs fois.
https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/EP20501/Consulter/false/false.awp

Non aux éoliennes à Saint Mathieu

Un article intéressant de Territoires Magazines sur l’éolien en Dordogne

Le président de l’association amie « Asso 3D » a fait l’objet d’un très bon interview dans le Média en ligne « Territoire Magazines ». Ce dernier explique très concrètement la problématique de l’éolien industriel en Dordogne.

VIAPl vous invite à consulter cet article :

Consultation publique du PCAET de la comcom Périgord-Limousin

VIAPL vous invite fortement à participer à la consultation publique qui se déroule jusqu’au 31 décembre 2020 au sujet du Plan Climat Air Energie Territorial de la communauté de communes Périgord-Limousin. Une large partie de cette communauté de communes fait partie du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin.

Pour participer à cette consultation publique, vous avez tous les documents et toutes les explications en cliquant sur l’encart ci-dessous. Notez bien que cette consultation ne se fait pas par le biais d’un registre dématérialisé mais par l’envoi de mail à l’adresse : consultationpublique@perigord-limousin.fr

Un plan climat air énergie territorial (PCAET) constitue un projet territorial de développement durable dont la finalité est la lutte contre le changement climatique et l’adaptation du territoire. Un PCAET définit les objectifs stratégiques et opérationnels afin d’atténuer le changement climatique, le combattre efficacement et de s’y adapter, de développer les énergies renouvelables et de maîtriser la consommation d’énergie. Il traite également des enjeux de la qualité de l’air.

Lorsqu’un PCAET est validé, les promoteurs de tous bords s’appuient sur ce document pour justifier des projets souvent déraisonnables. Il est donc particulièrement important d’avoir un PCAET très clair et très borné pour éviter d’être confronté à des porteurs deprojet peu scrupuleux. Le PCAET est également très souvent décliné au sein du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) et là, encore, il vaut border les choses pour éviter par exemple des constructions qui dépassent une hauteur de 50 mètres.

Le PCAET de la communauté de communes Périgord-Limousin pose problème car il fait véritablement la part belle au grand éolien industriel. Le document annonce fièrement un potentiel local de 47 éoliennes possibles sur cette comcom.

VIAPL a déposé sa contribution à la consultation publique. Vous pouvez la télécharger ci-dessous dans son intégralité.

D’une manière générale, voici les principaux arguments qui ont été développés, notamment par rapport à la manière dont est abordée la problématique éolienne.

  • La publicité quant à cette consultation publique sur le PCAET n’ait pas suffisante. Une large partie de la population locale n’est pas informée.
  • Dans la phase de concertation, 5 ateliers et 3 rencontres citoyennes ont été réalisés mais aucun n’a porté véritablement sur la problématique énergétique et encore moins sur la problématique du grand éolien industriel qui pose problème sur le territoire.
  • La nécessité de lier les actions du PCAET à une protection environnementale maximale n’est pas suffisamment soulignée. En particulier, il convient de préciser que toute nouvelle installation destinée à produire des énergies renouvelables ne doit pas conduire à l’artificialisation d’espaces naturels. En particulier, les forêts, les zones humides et les terres agricoles doivent être sanctuarisées.
  • Le PCAET ne présente pas des garanties suffisantes pour protéger les habitats existants, en particulier vis-à-vis de l’éolien industriel. Même si la distance réglementaire est fixée à 500m entre une éolienne et une habitation, le PCAET pourrait préciser que sur la communauté de communes Périgord-Limousin, une distance proportionnelle à la hauteur est souhaitée. Une distance de sécurité correspondant à 10 fois la fauteur de l’éolienne est considérée comme raisonnable par la plupart des institutions sanitaires.
  • Compte tenu de la nécessité de protéger l’environnement et les habitants, la carte de la page 20 du document « Potentiel et Stratégie » n’est pas réaliste. Elle présente un potentiel de 47 éoliennes. Toutes les zones potentielles sont envisagées dans des zones présentant des enjeux environnementaux nécessitant une certaine vigilance. (La carte en question est affichée à la fin de cet article).
  • La plupart des projets d’énergie renouvelables souffrent d’un manque de transparence et de concertation. Afin d’y remédier, nous proposons que le PCAET intègre la nécessité d’instaurer une réunion publique pour présenter tout projet avant même que la moindre délibération soit prise par une collectivité. Le but est d’informer le plus en amont la population et d’éviter les petites arrangements entre élus et entre quelques propriétaires.
  • Le grand éolien industriel est un élément très clivant qui empêche d’avoir des débats sereins. Afin de pouvoir avancer rapidement sur une transition écologique adaptée au territoire, il nous semble nécessaire d’inscrire dans ce PCAET que le grand éolien industriel n’a pas sa place au sein de la communauté de communes Périgord-Limousin, pas plus qu’au sein du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin que de la Dordogne en général. Les Comcom Drone-et-Belle et Grand-Périgueux ont fait ce choix et leur exemple est à suivre.
  • Le gisement éolien de la communauté de communes a été déterminé à partir de documents extraits du schéma éolien de la région Aquitaine qui a été déclaré caduque par la justice. Nous sommes surpris qu’on puisse accorder du crédit à un document débouté par la justice.
  • Le tableau 1, page 51 du document ‘Potentiel et Stratégie » qui rappelle les contraintes environnementales pour les éoliennes n’est pas suffisamment strict. Compte tenu des problématiques liées à la 6ième extinction des espèces, il nous semble indispensable d’interdire l’installation d’éoliennes industrielles dans toutes les zones ayant fait l’objet d’un inventaire du patrimoine naturel (ZNIEFF, ZICO, NATURA 2000, ZPS, ZSC,…).
  • Ce même document indique que le « nombre minimal d’éoliennes par parc doit être de 5 éoliennes. On considère en effet que des parcs moins grands sont peu ou pas rentables et qu’il est préférable de ne pas multiplier les petits parcs pour préserver le paysage« . Le PCAET indique par ailleurs que son objectif d’ici 2025 est d’installer deux éoliennes… Comment est-il possible d’installer deux éoliennes si le nombre minimum souhaitable est de 5 éoliennes par parc sachant qu’il semble plus que déraisonnable d’installer un parc en plusieurs fois compte tenu des nuisances que les travaux engendrent.

Vous pouvez reprendre les éléments de l’argumentation qui vous parlent le plus pour émettre votre propre avis.

Avis défavorable pour le projet de Verteillac-Cherval

Le projet éolien de Verteillac-Cherval vient de faire l’objet d’un avis défavorable de la commission d’enquête publique.

Dans un dossier très fourni et très précis, la commission d’enquête relève les nombreuses faiblesses du dossier présenté par la société EPDR et explique très clairement les motivations de son avis.

VIAPL, qui a contribué à cette enquête publique, est heureuse de cette première étape victorieuse et réaffirme son soutien à l’association CEP qui représente l’association locale la plus engagée.

Vous pouvez retrouver le rapport complet de la commission d’enquête ainsi que ses conclusions et son avis définitif à l’aide du lien ci-dessous.

https://www.dordogne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-Eau-Biodiversite-Risques/Enquetes-publiques/parc-eolien-VERTEILLAC-et-CHERVAL-EDPR-FRANCE-HOLDING/Projet-de-parc-eolien-VERTEILLAC-et-CHERVAL-EDPR-FRANCE-HOLDING

Forte mobilisation pour l’enquête publique de Milhac

L’enquête publique de Milhac-de-Nontron s’est terminée le 15 décembre 2020 à 12h00.

Il faut souligner la très forte mobilisation pour cette enquête publique qui a enregistré 1763 observations sur le registre dématérialisé. C’est certainement un record pour ce genre de projet. Pour mémoire, les projets de la queue d’âne et celui de Verteillac-Cherval avaient tous les deux enregistré 1181 observations.

A ces chiffres, il faut ajouter les observations déposées pendant les permanences.

Pour Milhac-de-Nontron, les observations favorables sont très limitées puisque nous en avons dénombré à peine une petite vingtaine caractérisées par une argumentation extrêmement faible. Au contraire, nous avons recensé de nombreuses argumentations particulièrement fournies qui démontrent que ce projet n’est pas adapté au territoire et qu’il n’est pas accepté par la population.

Nous attendons désormais l’avis des commissaires enquêteurs qui devrait être rendu en début d’année.

VIAPL a déposé l’observation 1420 pour l’enquête publique du Petit Bos

Sur la base des échanges et des remontées de ses adhérents, VIAPL a recensé un certain nombre d’informations et d’inquiétudes. Afin d’en faire part aux commissaires enquêteurs, VIAPL a déposé l’observation 1420 sur le registre dématérialisé de l’enquête publique concernant le projet du Petit Bos à Milhac-de-Nontron.

Cette observation est construite sous forme de Questions / Réponses. VIAPL se pose un ensemble de questions qui semblent pertinentes dans le cadre de cette enquête. L’association y apporte des réponses sur la base du dossier à sa disposition et de sa connaissance du territoire et de l’historique du projet.

Vous pouvez télécharger cette observation ci-dessous.

Les communes rejettent le projet du petit bos

La plupart des communes sollicitées ont rejetté le projet éolien du petit Bos à Milhac-de-Nontron, en particulier le commune de Milhac elle-même qui s’est prononcée par 14 voix contre et une seule pour.

Nous regrettons bien évidemment qu’une voix « pour » se soit élevée alors que la liste qui a été élue en Mars dernier avait clairement signifié à la population dans sa profession de foi qu’elle renonçait à l’éolien industriel. Un ou Une n’a donc pas respecté la parole donnée et cela entache en partie la confiance qu’on pourrait espérait accorder à ce nouveau conseil municipal. Assurément, la confiance accordée dans les urnes ne devra pas être aveugle si les habitants ne veulent pas voir surgir un autre projet inutile, toxique et non concerté dans leur dos.

La commune de Saint-Jory-de-Chalais qui appartient à une autre communauté de communes n’a pas été solidaire et a voté pour le projet.

Voici le récapitulatif des votes par commune.

CommunesContrePourAbstention ou non participation au vote
Milhac-de-Nontron141
Saint-Pardoux-la-Rivière141
Saint-Martin-de-Freyssengeas11
Saint-Front-la-Rivière1113
Champs-Romain713
Saint-Jory-de-Chalais132
Saint-Saud-Lacoussière852
TOTAL57169

VIAPL